Nù Barreto "Immersion, submersion" - 2017 © Nù Barreto - Courtesy ​LouiSimone Guirandou Gallery

Les Rencontres AKAA 

« PANSER »

 

L’édition 2017 des RENCONTRES AKAA, curatée par la directrice de la programmation culturelle Salimata Diop, met à l’honneur les artistes contemporains dont la pratique est liée à un processus de guérison.

Le plasticien Nù Barreto est l’un de ces artistes. Sa pratique est intimement liée à un rouge primaire et vif, symbolisant la douleur et le désespoir convulsif de l’homme. Son attachement particulier à cette couleur nous renvoie à des guerres et des massacres – comme la guerre civile de 1998 en Guinée Bissau par exemple – qu’il est plus confortable d’oublier. La vue de ce sang symbolique et la poésie des compositions de l’artistes nous entraine dans un acte de mémoire. Le rouge, dit l’artiste, « est l’une des rares sinon la seule couleur avec deux fonctions : Thérapie et Émotions ».

Créer pour apporter une guérison, c’est le processus que revendique le jeune Paul Alden Mvoutoukoulou lorsqu’il dessine des plans de villes vues du ciel avec des emballages de médicaments. Ces installations naissent dans la maladie de sa mère, qu’il regarde avaler des pilules en vain, et dans la volonté d’utiliser cette souffrance comme matériau. Paul Alden Mvoutoukoulou parvient à en faire un medium artistique et à métamorphoser le désespoir en une vision qui nous surprend et nous fait rêver. Le plus bel hommage qui soit.

Lorsque nous sommes aveugles, l’artiste nous panse et nous avertit d’un avenir menaçant : visionnaire par essence, il propose une perspective inattendue. Lorsque nous sommes déracinés, l’artiste nous panse et ressuscite nos mémoires héréditaires, il nous rend notre histoire. Il caresse et réconforte.
Lorsque nous détournons le regard, l’artiste nous panse, et, le doigt pointé vers le miroir, il nous place face à notre déni, et du même coup, face à notre responsabilité.

L’artiste nous panse, embrasse nos vides et les comble de l’espoir d’un nouveau jour.
Ainsi en véritable catalyseurs de changement, ces artistes contemporains lèvent le voile sur nos traumatismes, les uns après les autres, et les exorcisent.

À l’issue de voyages visuels singuliers, à travers diverses pratiques artistiques, les RENCONTRES AKAA nous appellent à renouer avec nos maux, individuels et collectifs, conscients ou niés, que l’artiste met impitoyablement en lumière.
Nos invités pour cette édition, artistes, curateurs, philosophes, ou encore écrivains, échangent autour de ce postulat « Quand l’homme et la société sont malades, l’art panse et repense le monde ».

Toute la journée – AKAA Underground

The Mating Dance – Performance

Lady Skollie
Peinture murale in situ.


14h – 17h – Stand A11 Galerie 127

Le Mariage – Performance

Mohamed Baala
Action Painting.


20h30 – Stand A9 Berman Contemporary

Battered Passage – Performance

Mamela Nyamza et Robyn Denny

11h30 – AKAA Underground

Interculturalité et Identité – définitions et dialogues dans l’art contemporain d’Afrique et de la diaspora africaine

Jean-François Boclé, Arlene Wandera, Richard Zeiss, modéré par Valerie Kabov
L’attention portée à l’Afrique par le marché de l’art a fait de l’identité, de l’appartenance nationale et de son identification un bien commercialisable.


14h00 – Auditorium

Le Griot et l’Architecte

Pélagie Gbaguidi, Paul Alden Mvoutoukoulou, modéré par Salimata Diop

À la croisée de deux pratiques artistiques différentes à l’extrême, nous partons en quête de ce qui est partagé : le pouvoir de guérir ?


15h30 – Auditorium

Malgré Tout !

Zinkpè, performance
Une Afrique sous perfusion, entre la vie et la mort


16h00 – AKAA Underground

Art Think Tank Itinérant de L’Observatoire de l’art contemporain

Penser L’Afrique contemporaine, c’est penser les nouveaux imaginaires de l’africanité affranchis de la culture post-coloniale ; à la fois, une valeur commune face à la pluralité du continent et un laboratoire de la mondialité.
L’Art Think Tank Itinérant de l’Observatoire de l’art contemporain s’associe à IAM-Intense Art Magazine pour cerner la transformation des imaginaires à travers le prisme précurseur de la création artistique.


16h30 – Auditorium

AKAA rend Hommage à Ousmane Sow

Inauguration de l’hommage à Ousmane Sow et projection du documentaire : Ousmane Sow

Avec Emmanuel Dayde et Germain Viatte
Ousmane Sow, film réalisé par Béatrice Soulé, 26 minutes.


17h00 – Auditorium

AKAA rend Hommage à Ousmane Sow

Ousmane Sow : Envers et contre tout

Soly Cissé, Sylvain Sankalé, Béatrice Soulé, la promesse d’une table ronde très animée, par Françoise Monnin, rédactrice en chef du magazine Artension


19h00 – Auditorium

AKAA rend Hommage à Ousmane Sow

Projection du film Ousmane Sow : Le soleil en face

Réalisé par Béatrice Soulé, 55 minutes

11h00 – Auditorium

Qui a peur de Méduse ?

Alexis Peskine en conversation avec Salimata Diop
L’artiste nous raconte la genèse de son ensemble d’œuvres Le Radeau de la Méduse, et les multiples liens entre une figure mythologique tragique et ambiguë et le puissant message politique porté par l’œuvre.


12h00 – Auditorium

Programme de projections de vidéos d’artistes

Avec François Knoetze, Thomas Muziyirwa et Alexis Peskine
François Knoetze, The Big Hole, Counter narrative projet, 2017
Thomas Muziyirwa, Kuwadzana,
Alexis Peskine, Le Radeau de la Méduse, 2016


14h00 – Auditorium

Sans haine ni oubli

Joana Choumali et Nù Barreto, modéré par Salimata Diop
Avec leur art et avec leurs mots, deux artistes nous livrent leur raison de revisiter un événement tragique de notre histoire. Guerre civile, terrorisme : l’artiste contemporain peut-il nous rendre la mémoire, et nous guérir ?


15h30 – Auditorium

Regards croisés

Projection de photographies curatée par Salimata Diop, 25 min
Un voyage à travers les yeux de l’autre, en trois actes.


16h00 – Auditorium

Tracées#Noyaux lumineux
Table ronde en trois volets modérée par Seloua Luste Boulbina

AILLEURS

Nicola Lo Calzo, Teddy Tibi
C’est dans l’île de nulle part qu’est inventé l’exotique, c’est-à-dire la distance du sujet à l’égard de ce qui, étranger, lui est donné à voir. Est-ce, alors, une scorie de la mémoire ? Un éloge de la méconnaissance ? Ou un travail de déplacement dans lequel rôde une inquiétante étrangeté ? Le choc d’une individualité avec une distante objectivité ? Voilà une façon d’interroger le rapport artistique à l’espace et au temps, le va-et-vient entre l’ici et là, la recherche de l’au-dehors qui déclenchent l’émergence des images.


17h00 – Auditorium

Tracées#Noyaux lumineux
Table ronde en trois volets modérée par Seloua Luste Boulbina

CORPS

Ernest Breleur, Jeanne Wiltord
Le moi n’est pas maître dans sa propre maison…  Le Baron-Samedi du vaudou montre, spectaculairement, combien le corps vivant est habité par le désir et la mort, par des forces ou des pulsions souvent inconnues. L’aveuglement prédomine. Quand un artiste montre des corps sans tête, ou réduits à leurs radiographies, des corps féminins entrant dans la ronde, des fragments de miroirs ; quand il procède par collages, que fait-il ? Qu’est-ce qui est ici, au travail dans le registre visuel ? La parole en fait-elle partie ? Retour sur l’œuvre.


18h00 – Auditorium

Tracées#Noyaux lumineux – Table ronde en trois volets modérée par Seloua Luste Boulbina

DETOX

Jean-François Boclé, Véronique Kanor
Avocats du Mexique, bananes de Martinique etc. : la toxicité du monde s’incarne dans ce que nous ingérons. Le racisme, toujours présent comme le sexisme, est lui-même toxique : il empoisonne les relations. Les penseurs proposent quelquefois des « pharmacies » : Césaire, Fanon, Glissant ont fait de la critique et de la poésie une voie de sortie. Qu’en est-il des artistes ? En quoi les arts sont-ils des arts de l’existence ? On peut se demander de quoi, dans le contexte singulier de la Caraïbe, les artistes font usage et ce qu’ils proposent : remèdes, aphrodisiaques…


18h00 – AKAA Underground

Neofuzz

Organisé par Amy Ellenbogen avec Vukile Batyi, Yinka Ilori, Agata Karolina, Lukhanyo Mdingi et Nana Ocran
La commissaire de l’exposition design AKAA 2017, Amy Ellenbogen, explore son concept « Neofuzz », en conversation avec avec Vukile Batyi, Yinka Ilori, Agata Karolina, Lukhanyo Mdingi, Kunyalala Ndlovu et Nana Ocran.

14h00 – AKAA Underground

La formation et la profession d’artiste aujourd’hui

Hafida Jemni, Liz Lydiate, Laeila Adjovi et Hélène Jayet
Présenté par Creative Intelligence


16h30 – AKAA Underground

Contournements sémantiques

Organisé par Hélène Jayet avec Caroline Blache, modéré par Virginie Ehonian
Comment parler du corps noir, pourquoi a-t-on si souvent recours à l’anglais, et qu’est-ce que ces contournements disent du malaise persistant par rapport à ce sujet ?
Présenté par Creative Intelligence


17h00 – Stand B18 Maëlle Galerie

Jean-François Boclé vous invite à cannibaliser le Bananaman – Action participative

Jean-François Boclé