Fondé en 2014 par l’entrepreneur et consultant en relations publiques Goudet Abalé, le Neuvième Toit est un collectif multidisciplinaire de jeunes créateurs francophones, actifs dans les domaines de la peinture, de la musique, de la photographie, de la mode, du design et de l’audiovisuel.

Pourquoi « Le Neuvième Toit » ? Le 9 est le plus grand nombre à un chiffre du système décimal. Fécond et hautement symbolique, il représente dans de nombreuses cultures la création humaine et artistique, l’excellence, la lumière et la vie. Quant au « toit », il renvoie autant à l’idée de « hauteur » et de « leadership » qu’au concept de « protection », de « havre » et de « foyer ». L’alliance de ces deux notions résume – à elle seule – la mission du collectif.

Le Neuvième Toit, en partenariat avec AKAA, première foire française d’art contemporain et de design centrée sur l’Afrique, propose un projet inédit. Porté par Goudet Abalé et Johanna Amelot (Art Advisor), il vise à mettre en valeur l’art africain de manière innovante et accessible grâce à l’utilisation de jetons non-fongibles (NFT) et de supports hybrides (physique/digital). 

Pour l’édition 2022, Le Neuvième Toit collabore avec l’artiste Willow Evann et la galerie 31 Project, sur une proposition artistique immersive conjuguant à la fois la perception du monde réel et son miroir virtuel. 

Willow Evann est plasticien, danseur et photographe. Issu d’une cité de Bondy et originaire de la Côte d’Ivoire, Willow Evann dans sa pratique artistique, travaille sur ses origines et son identité issue de l’histoire coloniale africaine et française. Danseur, il place naturellement le corps au cœur de ses recherches et s’interroge sur la construction de l’image et du statut social des personnes noires évoluant dans les sociétés occidentales. 

Bercé dans l’enfance par le reggae qu’écoutait son père, il baigne dans la culture Hip Hop depuis l’âge de 10 ans. Il s’est orienté ensuite vers le Locking (danse née en 1970 sur la côte ouest des Etats-Unis) et est considéré aujourd’hui comme une référence incontournable de ce mouvement. En parallèle il développe sa carrière de photographe et centre sa pratique sur la captation du geste et du mouvement chorégraphique. 

En 2019, il intègre l’école Kourtrajmé au sein de laquelle il expérimente et fait évoluer son langage plastique et ouvre sa pratique à la dimension digitale. En 2022, 31 Project l’expose pour un duo show dans sa galerie parisienne.